Pour la santé psychique et physique, passer une bonne nuit de sommeil est tout bonnement indispensable. Pourtant, de plus en plus de personnes se plaignent d’épisodes d’insomnie ayant pour conséquences, des réveils difficiles et des fatigues régulières. Fort heureusement, l’insomnie n’est pas une fatalité. En effet, il existe plusieurs solutions à ces réveils nocturnes. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire l’article suivant.

Quels sont les différents types de crises d’insomnie ?

L’insomnie est un phénomène qui peut surgir de différentes manières. En effet, les professionnels du sommeil ont répertorié l’insomnie en plusieurs catégories différentes

L’insomnie aiguë

L’insomnie aiguë est le type d’insomnie causé par un événement difficile à surmonter ou encore, un facteur stressant tel que la perte d’un emploi, une détresse ou encore, un deuil. Cette insomnie dure généralement quelques jours seulement et vient à disparaître dans les 3 mois qui suivent. Une fois le traumatisme soigné, ce problème se résorbe assez rapidement.

Chez les personnes les plus vulnérables, il est possible que l’insomnie aiguë persiste, devenant ainsi une pathologie chronique.

L’insomnie psychophysiologique

Les personnes atteintes d’insomnie chroniques souffrent de ne pas pouvoir dormir suffisamment par peur de se coucher ou encore, de ne pas réussir à trouver le sommeil. Cette insomnie se nourrit ainsi de la personne elle-même.

Par ailleurs, le conditionnement négatif vient créer également une réelle angoisse. Ainsi, de l’anxiété apparaît au sommeil accompagnée d’une incapacité à s’endormir à l’heure prévue.

Paradoxalement, en dehors de la maison, le sommeil chez les personnes atteintes d’insomnie psychophysiologique est beaucoup plus facile. En général, un traitement cognitif et comportemental est à suivre.

La vraie-fausse insomnie

Dans ce cas, les personnes sont persuadées qu’elles souffrent d’insomnie. En réalité, celles-ci ont une très mauvaise capacité à évaluer leur sommeil et développent donc une sensation « presque réelle » de ne pas pouvoir dormir.

Selon plusieurs examens et test polysomnographiques, les personnes atteintes de ce syndrome dorment de manière très satisfaisante.

L’insomnie idiopathique

Cette affection bien que rare, se caractérise par l’incapacité d’obtention d’un sommeil approprié. Contrairement aux autres formes d’insomnie, celle-ci n’est pas influencée par l’anxiété et le stress et reste assez stable. Elle survient généralement dès l’enfance et est causée par un dysfonctionnement du contrôle neurologique de l’horloge biologique.

L’insomnie liée aux troubles mentaux

L’insomnie peut être le résultat d’un trouble mental. Effectivement, plusieurs maladies psychiatriques induisent vers des troubles du sommeil.

L’insomnie non caractérisée

Cette catégorie désigne une insomnie dont les causes ne sont généralement pas connues. Les spécialistes viennent donc réaliser divers tests avant de cerner la cause racine.

L’important à savoir sur les symptômes de la crise d’insomnie

Crise d'insomnieL’insomnie est un trouble du sommeil dont les symptômes sont nombreux et variés. On retrouve par exemple le sommeil irrégulier et léger, les réveils nocturnes, l’impossibilité de trouver du sommeil ou de dormir plus de 4 heures.

En général, l’insomnie est liée à un problème personnel qui alimente et vient intensifier ce trouble. Lorsque l’insomnie se passe de manière répétée, les personnes affectées peuvent développer des angoisses et une anxiété sévère par peur de ne pas pouvoir dormir.

Cette peur rend donc le sommeil encore plus difficile et entraîne l’insomniaque dans un cycle infernal sans fin. Les réveils précoces sont eux aussi le signe flagrant d’insomnie. En général, ces insomnies matinales sont liées à des désordres d’ordres psychologiques tels que la dépression ou l’angoisse.

Restaurer une bonne hygiène de vie pour remédier à l’insomnie

Il faut savoir que plusieurs facteurs peuvent avoir un impact direct sur la qualité du sommeil et provoquer ainsi des insomnies. De ce fait, certaines précautions sont à prendre en considération, à savoir :

  • Eviter toutes les substances excitantes la nuit telles que le café ou la vitamine C.
  • Eviter les repas copieux et éviter de prendre de l’alcool le soir.
  • Réserver la chambre à coucher aux activités sexuelles uniquement et au sommeil.
  • Eviter la pratique d’activité physique stimulante après une certaine heure.
  • Préférer les activités relaxantes avant le coucher telles que la lecture ou la musique.
  • Prendre des bains chauds et relaxants vers 21 h afin de favoriser le sommeil et aider à la détente.
  • Dormir dans des espaces aérés et à température ambiante oscillant entre 18 et 20°c.

Par ailleurs, il est plus qu’important de veiller à éviter les écrans lumineux et les dispositifs mobiles émetteurs d’ondes qui peuvent avoir des effets sur le fonctionnement cérébral. En effet, les ondes émises par les téléphones par exemple perturbe le sommeil et favorise l’insomnie. A cet effet, il existe des patchs anti-ondes qui limitent la propagation de ces dernières et préservent ainsi le sommeil de l’utilisateur.

0 Commentaires

Laisser un commentaire